Ivalis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Ivalis


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + Manette DualSense ...
99.99 €
Voir le deal

 

 Tïka Néloum, une histoire, une vie...

Aller en bas 
AuteurMessage
Tïka Néloum
Héros
Tïka Néloum


Messages : 187
Date d'inscription : 02/08/2007

Feuille de personnage
Points de vies:
Tïka Néloum, une histoire, une vie... Left_bar_bleue160/160Tïka Néloum, une histoire, une vie... Empty_bar_bleue  (160/160)
Points de magie:
Tïka Néloum, une histoire, une vie... Left_bar_bleue400/400Tïka Néloum, une histoire, une vie... Empty_bar_bleue  (400/400)
Alignement: Ange

Tïka Néloum, une histoire, une vie... Empty
MessageSujet: Tïka Néloum, une histoire, une vie...   Tïka Néloum, une histoire, une vie... Icon_minitimeDim 7 Oct - 0:41

La bataille des plaines de Tanaka


La ville qu’aujourd’hui tout le monde connaît sous le nom de Tanaka est pour tous être magique, un lieux de dernier pour échapper à la marée humaine. Mais d’où vient exactement ce nom ? Pourquoi avoir nommé cette ville ainsi ? Je vais essayer de vous relater les faits. Une histoire comme on en voit dans les livres, ou des hommes et des êtres ont donner leurs vies pour servir une cause qu’ils croient juste.



Les plaines de Tanaka, 7 mois après le début de la grande guerre

Tïka était seule dans la grande tente aménager à la va vite, faisant office de post de commandement. Seul, entourée de silence, elle se perdait dans ces pensées, la bataille allait être rude, mais ce n’était pas le sujet de ces songes.
Encore et toujours, elle pensait à la même et unique chose, les deux personnes pour qui elle tenait le plus, enlevé par la mort qui nous frappe tous un jour.
Le commandant Murgen Syryn fit irruption dans la tente. Ses habits déchirés en montraient longs sur ces derniers mois. Un humain pour qui Tïka était prête à se sacrifier sans hésiter. Un compagnon d’arme, un ami…
Il s’approcha de l’elfe et posa sa main sur son épaule, sortant Tïka de ses pensées. D’une voix douce lui prit la parole.

« Ne t’en fait pas général, je suis sur que de la où il sont, il nous regarde, et savent à quel point tu les aime. Cela ne fait aucun doute, tu n’as pas à avoir peur sur ce sujet… »

Tïka baissa ses yeux vers son collier. Une petite chaînette en argent, où dessus est accrocher un magnifique petit cristal bleu. Le regard triste et plein de peine elle fit entendre une voix fatiguée.

« Je ne m’en fait pas pour ça Murgen, j’ai juste peur de ne pas me montrer juste. Que tout ce que nous faisons n’est aucun sens. Tant de vie arracher, d’un coté comme de l’autre, pourquoi tout ça à commencer ? Je suis las de me battre, et n’ais pour seul but, que d’aller les retrouver. »

« Tu ira les rejoindre, mais pas avant avoir mené tes hommes à la victoire. Tïka, tu es meilleur général que nous le serons jamais. Ils ont toujours l’avantage numérique, mais avec toi, les chances sont égales. Si tu n’agis pas par vengeance, fait le par amour de ce qui sont encore en vie et tue ces immonde bâtard ! »

Un sourire apparut sur les lèvres de la jeune elfe à la tête baissée. Le vocabulaire assez rude de son compagnon la toujours fait rire, et lui seul était capable de la faire rire, qu’en bien même, la situation fut elle désespérée.

« Je te rappelle que toi aussi tu est humain mon ami. Mais ta solidarité me touche beaucoup. Tu a raison, inutile de s’apitoyer sur notre sort, et allons botter le cul à ses vermines. »

" Nous avons revus le plan trois fois, j’espère que la défaite ne sera pas trop cuisante. "

La général des armées du Nord se leva, et remit droit ses habits. Dehors on pouvait entendre les paroles des soldats, avec leurs stresse d’avant bataille. Les deux compagnons se dirigèrent vers la sortie de la tente, mais Tïka s’arrêta et regarda Murgen, son capitaine le plus loyale, et lui dit :

« Qui te parle de défaite ? Serais parce qu’il sont trois fois supérieur en nombre que tu deviens pessimiste ? »

« Il y à des batailles que l’ont ne peut gagner… Même si dans ton plan, en théorie nous somme vainqueur, mais tu sais mieux que moi que la théorie est loin de la pratique. »

« Victoire, défaite… Dans les deux cas nos pertes seront considérables. La seule chose qui importe, c’est que nous tenions assez longtemps pour que le village puisse être évacué à temps. »

« Je te reconnais bien là mon amie. Allez, tes hommes t’attendent, faire nous encore un beau discours d’encouragement. »



Et c’est ainsi, que dans les rires, les deux comparses sortirent du post de commandement. Murgen avait donné l’ordre aux troupes, de rejoindre la ligne de front. On apporta deux beaux chevaux noir et blanc. Tïka, toujours suivit de son commandant, rejoignit leurs troupes.
La tension était au plus haut dans les rangs, mais tous, avaient une confiance aveugle en leur général.
Le cheval de Tïka arriva en trombe devant les lignes former par ses valeureux soldats. D’une voix forte et nobles, elle s’adressa à ses hommes.

« Tout commandant qui se respect devrait faire un discours pour encourager ses troupes à une boucherie certaine. Mais aujourd’hui je n’en ferais point. En face de nous, l’armée humaine, est venue détruire un village de plus, brûler encore une fois nos foyers. L’ennemi nous est de quatre fois supérieur en nombre, ainsi, je n’obligerais personne à aller vers une mort certaine. Toutes les personnes voulant ne pas participer à cette bataille sorte des rangs et vont aider le village à évacuer au plus vite. Mais si vous décider de rester, je ne peut vous promettre de vous garder tous en vie, juste la promesse que je serais parmi vous lorsque l’enfer commencera. Je n’ai pas la prétention de savoir de quoi demain sera fait, mais je peut vous certifier, qu’il sera bâtît avec le sang de nos ennemis ! Et combien même je mourrais sur le champ de bataille, l’esprit de victoire sera toujours et à jamais présent dans nos cœurs. On se souviendra de nous, non pas comme des victimes de l’histoire, mais comme des êtres libres qui essayaient de se trouver une place dans ce bas monde. Et dans plusieurs centaine d’année, nos histoires seront lus et apprécier et on en rira. A nous de marquer l’histoire, de prendre cette liberté qui nous reviens de droits, car, ce que l’on fait dans sa vie, résonne dans l’éternité…
Combattez pour l’amour, pour la vie, pour la liberté, mais avant tout, combattez pour que notre histoire ne s’éteigne jamais. Il ne faut jamais cesser d’y croire, au risque de sa propre vie. Restez avec moi, tenez la ligne, et demain nous boiront et mangerons dans des champs verts, en tant qu’êtres libres. Et ça messieurs, ça vaut tout les combat du monde…
FORCE ET HONNEUR !!! »


Toute la gigantesque armée, comme un seul homme, acclama une fois de plus leur valeureuse général. Si aucun des soldats présent ce jour là ne partis, c’est parce que tous sont fièrent de servir sous ses ordres.
Aucun ne se seraient permis de louper une si grande bataille, même si l’issue du combat est scellée. Ils se bâteront tous avec honneur et rage, et à aucun moment ils ne déserteront leur post. La plus grande force d’une armée, n’est pas dans le nombre de soldats qu’elle compose, mais dans les paroles de leurs généraux.
Le cheval blanc de Tïka arriva au galop vers Murgen, toujours sur les champs de guerre des soldats, qui terrorise les lignes adverses…
La général arriva enfin à hauteur de son capitaine humain.

«Très beau discours, comme d’habitude… »

« Tu sais ce qui te reste à faire. Prend soin de toi mon ami… »

« Force et honneur… »

« Force et honneur… »

Le magnifique cheval noire du Capitaine Syryn partit au galop en direction du flanc droit de l’ennemi, ou attendait patiemment la cavalerie. Le plan était simple, l’infanterie attaquait de front, puis simulera une retraite. L’ennemi trop sur de lui emmènera le plus gros de ses forces tuer les fuyard. Et la cavalerie qui se trouvait sur leur flanc droit, se retrouvera alors sur leurs arrières. Mais comme là dit Murgen, la théorie, est bien loin de la pratique, et ils savent tous deux, que rien ne se passe comme prévus…jamais.

Le calme avant la tempête, tout est si paisible…
Les deux armée se regardent, prête à se rencontrer pour une valse endiabler. Tïka respira un grand coup l’air frais, dans quelques minutes, l’odeur du sang sera omniprésent à des kilomètres.
Une dernière prière à nos dieux et nos ancêtre, leurs aides seraient la bien venus en cette sombre journée de notre existence.
Tïka sortit son Katana, et ses soldats l’imitèrent. Tous comme un seul homme…
Dans un vacarme, que l’on pourrait qualifier de hordes, les deux armées fonçaient l’une sur l’autre. Tïka à la tête, elle fonçait droit vers les lignes ennemies, donnant du courage dans le cœur de ses hommes. Contrairement aux humains, qui préfère donner les ordres de loin, et envoyé leurs hommes à la boucherie.
Le choc fut magnifique, les deux armées adverses ne formaient plus qu’une seule et grosse masse de guerrier, bien décidé à s’entretuer…
Les épée se heurtaient, le sang giclait de partout, en brouhaha bien caractéristique des champs de bataille. Tïka frappait à droite, à gauche, ils en venaient de partout. Un bras par-ci, une tête par-là, rien n’échappait à son long Katana meurtrier.
Mais l’ennemi était toujours plus nombreux, le plan continuait…
D’un geste d’une main, elle fit signe au clairon de sonner la retraite, celui-ci se pressa aussitôt de jouer l’air de défaite. Une défaite, qu’ils allaient tourner à leurs avantages. Si les dieux le veulent…
Toute l’armée magique commença à se replier comme prévus vers l’intérieur des terres. Beaucoup de cadavre parsemait déjà les vertes plaines de la région de Tanaka. Bizarrement tous se passa comme prévus. Les humains suivirent les fuyard, laissant ainsi leur arrière garde sans défense. Mais, parce qu’il y a toujours un Mais, aucune nouvelle de Murgen et de ses cavaliers. Que faisait il ? L’armée de Tïka avait trop fuis, ils devaient retourner combattre à présent. Mais normalement, Murgen aurait dus être de la partie. Aurais t’il déserté, ou pire encore, serais t’il mort ?
Les épées et les armures s’entrechoquèrent de nouveau. Des morts et encore des morts. Les cadavres recouvraient le sol, et l’odeur du sang empestait, et toujours aucune nouvelle de la cavalerie. Il faudrait faire sans pour cette bataille.
C’est alors, que dans l’enfer du combat, un gros mastoc d’humain, aussi fort qu’il avait l’air ahuris se rua sur Tïka, et lui envoyant des coups de sa grosse et longue épée.
Bien que s’étant protéger, le coup fit volée l’elfe sur plusieurs mètres. Quelques hommes ont essayé de venir en aide au général, mais ils finirent tous embrocher.
A terre et complètement désorienter, Tïka observait les combats. Les membres volaient, et les plaintes résonnaient dans les têtes comme un échos perpétuelle.
Le gros homme arriva près de l’elfe et leva haut son épée. Le coup allait être fatal, mais Tïka ne bougea pas, ce n’est pas la peur qu’il la paralysée, juste l’infime sentiment de bien être, de pouvoir revoir les siens…
L’épée s’abaissa, la lame toucha le cœur, transpercent la poitrine de part en part.

« J’arrive à tant on dirais…désolé, j’ai eu un petit contretemps, l’ennemis avait découvert notre position, alors nous avons dus faire face. »

Les monstre s’abatis au sol, Murgen retira son épée de la poitrine de l’humain. Deux minutes plus tard, et s’en était finis de Tïka.
Il l’aida à se relever et continuaient ensemble la bataille. Finalement, la cavalerie étant arrivé tout de même par effet de surprise à l’arrière des positions ennemis, les humains battirent en retraite. La victoire était des notre en ce jour mémorable, mais au prix de nombreux sacrifices…
Grâce à cette bataille dans les plaines de Tanaka, un village entier, avait pus être sauvée. Les villageois avaient eu le temps d’évacuer.
La bataille était finis, on finissait d’achever les derniers blesser humains, et de ramasser notre propre blesser.
Et c’est en l’honneur de cette bataille, que la ville des bas fonds, fut baptisée Tanaka.
Et c’est sur ces plaines, que sont morts des êtres libres, et puisse leurs noms figurer à jamais dans l’éternité…

_________________
Tïka Néloum, une histoire, une vie... Ban_ti10
Revenir en haut Aller en bas
https://ivalis.1talk.net
 
Tïka Néloum, une histoire, une vie...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ivalis :: Role-Play hors village :: Histoire et Chronique-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser